Découvrir, pratiquer, vivre la danse et les arts du mouvement à Saint-Étienne et dans la Loire.
Spectacles, stages, ateliers, écoles de danse, événements, rencontres entre publics et artistes.

Écrire à Info Danse Loire

SELECT m.id_motcle, m.libelle FROM motcle m, type_motcle t, asso_motcle_type_motcle s WHERE t.libelle='Menu-haut' AND t.id_type_motcle = s.type_motcle_id AND s.motcle_id = m.id_motcle AND m.etat='1' ORDER BY couleur;
< Retour

Julia Raynal


Info Danse Loire donne la parole aux artistes, de Saint-Étienne à Salzburg. Quelle énergie pousse Julia Raynal à escalader une paroi ou à danser en équilibre sur un ruban ?


La danseuse aux semelles de vent

 

 

Danseuse et circassienne, dans la rue ou au sommet d’un chapiteau, Julia Raynal distille un mouvement qui s’enracine et s’envole, comme un clin d’œil à la gravité terrestre.

 

 

Julia Raynal photographiée par Stéphane Bourgeois....
Quand un journaliste lui pose une question, Julia Raynal marque une pause. Elle met l’interview en suspension. Son regard se perd. Son dos ondoie avec la brise d’été. Puis son bras dessine une spirale dans l’espace. Sa main frôle sa joue. Si le journaliste a de la chance, alors deux ou trois mots prolongent un mouvement du corps.

 

 

 

Julia Raynal danse chaque phrase. Sa gestuelle en dit peut-être plus long que les mots, dont elle mesure les limites. L’artiste semble goûter au silence qui précède une réponse. Un journaliste pressé en sera pour ses frais. Mais s’il envoie valser la deadline (1), alors il se cale sur sa chaise. Il contemple. Il écoute. Il note l’indicible. Il se laisse embarquer.

 

 

 

Il découvre peu à peu que Julia Raynal vole autant qu’elle danse.

 

 

Danser à la verticale.

 

Julia Raynal - Danse verticale....
À une époque où les artistes de cirque se piquent de danser avec leurs agrès - mais sans réel bagage chorégraphique -, Julia Raynal attrape une corde, un baudrier, un ruban. Elle crée une danse, le long d’une paroi ou dans les airs.

 

 

 

 

Son double bagage en contemporain et classique nourrit l’univers du cirque. Acrobate et danseuse, l’artiste ne se sent jamais aussi bien que dans l’espace public, là où la frontière entre la scène et la foule s’estompe.

 

 

 

 

À huit ans, Julia Raynal fréquente deux écoles : danse aujourd'hui, cirque demain. En parallèle, elle fait du théâtre. Elle intègre une troupe amateur qui se produit dans les hôpitaux, les maisons de retraite, les fêtes de village.

 

 

 

 

Le conservatoire s’impose comme un passage obligé. L’adolescente y acquiert la base technique sur laquelle elle s’appuie encore aujourd’hui. Juste après l’examen final, elle s’échappe par le toit : désormais, Julia Raynal apparaît dans la rue, c’est-à-dire à la belle étoile et en osmose avec la foule.

 

 

 

 

 

 

 

 

Danse aérienne.

 

Julia Raynal - Duo Öff Öff....
La voilà en Autriche avec la compagnie Willi Dorner ; les corps s'enchevêtrent sur la place publique. Puis elle rejoint la compagnie Öff Öff en Suisse ; les chorégraphies aériennes stimulent son audace. Elle se perfectionne avec les agrès de cirque, en particulier les rubans et les tissus.

 

 

 

 

De retour à Lyon, elle participe aux créations de la compagnie Faï - cirque aérien, pyrotechnie - et de la compagnie Farandole - parcours dansés et aériens dans la rue. Elle marie les outils de la danse contemporaine et ceux du cirque, jusqu’aux agrès de feu.

 

 

 

 

 

 


 

Danse contact improvisation.

 

Julia Raynal dans le spectacle Boom - Compagnie Le Marchepied....
Aujourd'hui, Julia Raynal se vivrait-elle comme une artiste accomplie ? Tôt ou tard, la vie donne le vertige. La perte d’un être cher l’immobilise sur le fil. Elle explore son corps avec une curiosité toute neuve. Un stage de danse contact improvisation renverse ses schémas. En lieu et place de performances, elle apprend à s’écouter.

 

À ce point de l’entretien, l’artiste ralentit son phrasé. Les points de suspension s'étirent. Comment dire une manière de « s’installer dans le présent, retrouver le contact avec le sol et la terre, éprouver la qualité d’être là, inventer un chemin sensible et intérieur, traverser l’espace en restant conscient du mouvement et des autres », le tout sans passer pour la représentante d’une tribu new age ?

 

La danse contact improvisation est peu soluble dans le jargon. Elle ne se laisse pas décrire en une phrase. Cette fois, Julia Raynal inspire puis se lance, comme s’il était vital de nourrir un feu : « quelque chose qui est de l'ordre de l'éphémère. »

 

 

 

Éveiller le sens du toucher.

 

Julia Raynal photographiée par Stéphane Bourgeois....
« Le toucher crée la trame du mouvement. Pousser. Repousser. Appuyer. Porter. Glisser. Rouler. Je touche et je suis touché·e par les autres. Le toucher, tout le monde ou presque l’évite. En réalité, chacune et chacun le cherche. Dans une société frigide, le contact-impro est un espace où l'on se rencontre et rencontre autrui avec les cinq sens.

 

 

« Le toucher amène la danse. Bien sûr, il y a plus ou moins de feeling avec un membre du groupe. On se frôle, on se frictionne. Personne ne prend le pouvoir. Mon partenaire tourne la clé, franchit une porte, m'embarque dans un mouvement inédit. Aussitôt après, je prends le relais. Tout cela dans la fluidité. »

 

 

La danse contact improvisation joue avec la gravité terrestre. Faut-il donner un peu de mon poids ou tout mon poids ? Sur qui, sur quoi vais-je m’appuyer ? Quelle zone de mon corps entre en contact avec le corps de l'autre ?

 

 

Du groove dans le cerveau.

 

Julia Raynal dans le spectale L’Astrolabe -  Compagnie Faï....
L'artiste interrompt le journaliste : non non, il ne faut pas tout expliquer ! La danse contact ne s'expose pas comme une formule mathématique. Le cerveau gauche (rationnel) fait la sieste tandis que le cerveau droit (créatif) s’en donne à cœur joie. Après avoir éprouvé ses appuis, le corps prend son élan… et chut… puisqu’un sixième sens orchestre la chorégraphie, seconde après seconde.

 

 

Un brin vexé, le journaliste rétorque : oui, mais il faut peut-être ajouter que la danse contact improvisation se fiche du résultat. Elle ne produit aucun spectacle. La magie s'opère quand un mouvement s’invente, seul, en duo, en quintette, au gré des énergies de chacun·e. Non ?

 

 

L’artiste acquiesce en silence, un œil vers les étoiles

 


Au moment où le rédacteur croit tenir la chute de son article, la danseuse aux semelles de vent s’agite sur son siège. « La danse contact improvisation touche à la peau. Sur la peau. Sous la peau, dans les fascias. Les fascias créent le mouvement. La danse contact improvisation, c’est une méditation en mouvement. »

 

 

Et voilà comment la danseuse qui ne voulait pas devenir danseuse, et qui trouva sa voie avec les agrès de cirque, surgit un soir au-dessus de nos têtes. Puis elle improvise un duo avec un danseur, lequel rêve à son tour d’échapper à la gravité terrestre.

 

 

Au sommet du chapiteau s’esquissent des amours où se murmure un dialogue qui n’a pas de mot.

 

. . .

 

Julia Raynal collabore aussi avec les compagnies Utilité publique et Mademoiselle Paillette.

 

• Info Danse Loire publie un article sur la danse contact improvisation (lien à venir) avec l'éclairage de Julia Raynal.

 

 


 

(1) Deadline : date butoir pour la remise d’un article à la rédaction, dans le jargon journalistique. En français : date butoir.

 

 

∿ ∿ ∿ ∿ ∿ ∿ ∿

 

Continuer sa danse :

 

 

 

 

 

Escalader la vie avec la danse dans la peau.