Découvrir, pratiquer, vivre la danse et les arts du mouvement à Saint-Étienne et dans la Loire.
Spectacles, stages, ateliers, écoles de danse, événements, rencontres entre publics et artistes.

Écrire à Info Danse Loire

SELECT m.id_motcle, m.libelle FROM motcle m, type_motcle t, asso_motcle_type_motcle s WHERE t.libelle='Menu-haut' AND t.id_type_motcle = s.type_motcle_id AND s.motcle_id = m.id_motcle AND m.etat='1' ORDER BY couleur;
< Retour

Anaïs Vives


La danse irrigue la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de Saint-Étienne à Bourg-en-Bresse. Découvrir Anaïs Vives, danseuse et chorégraphe.


Le toucher qui donnait des ailes

 

Un jour, sans prévenir, une main se dépose sur la cage thoracique d’Anaïs. La jeune femme ferme les yeux. Pour la première fois de sa vie, elle réalise ce qu’est une sensation. Quelque-chose s’installe. Une onde la parcourt. À partir de cet instant, elle choisit de faire danser les enfants.

 

 

Anaïs Vives est danseuse, professeure de danse diplômée d’État et psychomotricienne diplômée....
Tout part d'un fil musical. Chaque morceau porte une mélodie, un rythme.

 

 

Anaïs Vives monte le son. Douze enfants de 6 mois à 3 ans se figent. L’un se dresse et se balance. L’autre rampe vers le sol. Un troisième frappe sur ses cuisses pour marquer la mesure.

 

 

Une assistante maternelle prend l’un d’eux par la main. La pédagogue l’interrompt : pendant trente minutes d’atelier, aucun geste ne sera dirigé.

 

 

Anaïs Vives est professeure de danse et psychomotricienne. À Rodez, Lyon, Bourg-en-Bresse, elle invite adultes et enfants à partager un moment commun de liberté par le mouvement.

 

 

En crèches, avec les assistantes maternelles, dans les écoles : les professionnels de l'éducation sont invités à se mouvoir dans la pièce avec la même spontanéité que les enfants.

 

 

Ici, personne ne donne l’exemple. Tout le monde a le droit de tâtonner, quitte à gigoter comme un nouveau-né.

 

Anaïs Vives encadre des ateliers adultes-enfants. Parents, enseignants, assistantes maternelles y sont associés....
Anaïs Vives a aussi tâtonné avant de trouver sa danse. Ses études en psychomotricité lui ont donné un solide bagage théorique. Elle en a retiré une méthode pour aider les corps en fragilité. Sa formation en danse a tout bousculé.

 

 

 

L’imaginaire s’est invité dans les rouages.

 

 

 

Au lieu de consultations individuelles, Anaïs Vives ouvre des ateliers où la maladresse a droit de cité :

 

 

 

« J’aime travailler avec des publics qui pensent ne pas savoir danser. Je pars du principe que tout mouvement est bon à transformer en matière à danser, mimer, jouer. Il y a une danseuse, un danseur, en chacune et chacun de nous. »

 

 

 

 

 

Toucher un spectacle.

 

Pour sa prochaine création en solo, Anaïs Vives intègre le jeune public dans sa scénographie....
Sa bienveillance sert de déclic. Pourquoi raser les murs, craindre les autres, alors que chaque femme, chaque homme invente une danse qui ne sera jamais imitée ?

 

 

Sur sa lancée, Anaïs Vives crée sa compagnie, Rêve de lune, et produit sa première pièce, Le jour où, un solo de danse pour les enfants de 6 mois à 3 ans. La trame du spectacle prévoit que le jeune public peut déambuler dans l’espace, jusqu’à toucher la danseuse, effleurer les tissus extensibles et déformables qui créent une bulle de vie sur scène.

 

 

En 2019, le solo devient duo puisqu'une violoncelliste rejoindra Anaïs Vives sur scène après une résidence de création dans le Rhône. La pièce sera présentée au public en février 2019.

 

 

Enfin, Anaïs Vives a ouvert un atelier qui réunit enfants et parents un dimanche par mois. Papas, mamans, filles, garçons répondent présents, sans préjugé de genre sur la danse.

 

 

Éveiller une conscience avec une main.

 

Anaïs Vives, danseuse, chorégraphe....
La jeune femme sait que le pari reste audacieux : les codes de la parentalité résistent encore et encore à la liberté de bouger. Le parent veut tempérer l’enfant, alors que l’enfant a quelque-chose à raconter à ses parents avec son corps.

 

 

Anaïs Vives est patiente : elle garde en mémoire vingt années de recherche éperdue du geste juste, du toucher juste.

 

 

Elle a beau avoir pris ses premiers cours de danse dès l’âge de 4 ans, avoir obtenu son diplôme de psychométricienne, puis celui de professeure de danse, elle se souvient que tout s’est mis en place le jour où une enseignante a déposé une main sur sa cage thoracique.

 

 

 

 

 

 

Alors, le monde s’est mis en suspens. Anaïs Vives a fermé les yeux. Un trésor s’est niché à l’intérieur. Une danse a commencé à s’écrire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

∿ ∿ ∿ ∿ ∿ ∿ ∿

 

Continuer sa danse :

 

 

 

 

 

Info Danse Loire : danser de Saint-Étienne à Feurs.